PDA

Voir la version complète : Résultats des tests de collisions des 21213



Sprocket
19/06/2004, 21h31
SAlut!!!!

Un gentil lecteur de www.nivaorange.cjb.net m'a traduit en entier les résultats des tests de collisions du russe vers le francais. Je vous copie ici le résultat de ce gros ouvrage. Il doit être diffusé, et je pense qu'une bonne place pour le faire est ici. STÉPHANE, prends cet article et les photos, il ira très bien sur nivamag.



l'article dans le prochain post

Sprocket
19/06/2004, 21h33
L'automobile VAZ -2121, le modèle de 1977 - fierté de l’industrie automobile du pays. Quand même le premier au monde pour la production d’automobile de masse avec un constant accroissement des commandes ! Supposant même naïvement que le développement pour la contrainte passive durant ces trentes années correspond aux conditions contemporaines. Mais de l'autre côté, dans le début du XXI siècle, il est toujours antérieur au système – même après le redesign de la carrosserie et quelques changements techniques. L’achat de ces machines, est d'ailleurs de plus en plus plus fréquent et on y voit souvent des femmes derrière le volant. Nous avons néanmoins décidé de soumettre le VAZ 21213 aux tests de collision frontal selon les règles EuroNAP - sans s'attendre à un résultat élevé, mais néanmoins espérer pour le meilleur.
D'abord il semble que l'espoir pour le meilleur n'était pas vain. Quand le Niva à la vitesse de 64 km/h a frappé la barrière par l’avant gauche à un angle de quarante degrés, la droite seulement applaudissa. Apparemment la carrosserie a parfaitement encaissé la collision! La porte de conducteur et le pare-brise étaient seulement replié vers l'extérieur. Le cadre de la portière a été réduit en tout de 60 millimètres, au seuil la ligne était droite, comme avant l'impact... Nous avions entendu un peu plus tôt les récits des ferblantiers au sujet de la rigiditée des Niva, et maintenant nous en sommes convaincus. D'ailleurs dans les portes du Niva étaient installés des puissantes barres de sûreté - des tubes amplificateurs longitudinaux, dont l'absence durant l’essai sur le No 7, nous a désolés. Ils ont fonctionnées !
Mais nous étudierons plus à fond le Niva cassé afin de comprendre plus clairement.: il est clair qu’il n’y a rien de réjouissant.

Regardez les photographies – le train avant est beaucoup moins déformé que l’on avait prévu avec un pareil impact. Malheureusement, la carrosserie du Niva s'est avérée pratiquement partout rigide – y compris là où il ne faut pas. Cela signifie que l'énergie provoquée par une collision frontal ne peut être absorbée par la déformation "programmée" de la structure. En plus, comme dans le cas du «Oka», la cote négative à l'avarie frontale du Niva s’est joué sous le capot. Et en outre ici elle n’est pas moindre, pour 12 points, mais immense! Nous essaierons de détruire des voitures sans économie - avec le dépit avoué du service de la sécurité. Alors apparaitront d'autres problèmes. Là, c’est avec les longerons de malheur...Et non seulement avec les longerons. Regardez après l’impact, où s'est retrouvée le volant. L’extrémité de l'arbre du volant s’est déplaçé de 80 mm vers l’arrière et de même que 165 mm vers le haut! Mais le volant à glissé vers la gauche.
C'est la conséquence de la construction "classique" du Niva, qui a emprunté les noeuds principaux et les équipements de la Zigoulie. Le mécanisme du volant étant disposé sur le longeron, dès qu’il y a collision frontale, l’arbre du volant pars vers l’arrière, le volant se replie et envoie la jante du volant vers l’arrière en remontant…
L’effet de la vidéoprise rapide du film est simple «thriller». Le film de terreur «Enragé du volant». Le Niva arrive tout doucement vers la barrière (nous regardons le "ralenti"), s'y appuie le pare-choc d'aluminium , et commence la déformation... Dès que le coup arrive à la roue, le volant commence à se diriger vers le haut. Pour encore quelques centièmes de seconde le support d’axe du volant se soulève pratiquement verticalement, ainsi en remontant, la jante du volant frappe le mannequin-conducteur à hauteur de la mâchoire supérieure. Voici la suite -- Se heurte les dents sur le volant avec une décéllération à 66 g ? Si le poids de la tête d’une personne représente 7 kg, la charge du à un tel contact approchera une demi-tonne!



Quand même le critère intégral de la probabilité d’un trauma de la tête HIC a fait 605 unités il n’est pas beaucoup plus bas que la valeur liminaire de (1000). Mais pour les gens - non les mannequins : le coup reçu obligatoirement à la mâchoire par la jante du volant, au minimum laissera la personne sans dents, mais au pire sans mâchoire...
Quand la tête du "conducteur" déforme la jante du volant, le volant et le parebrise se déplacera vers l’extérieur en direction du bloc de béton. Et la tête, en continuant à plier le volant et en glissant vers la gauche –heurtera le volant instable.
Nous, en nous guidant par la méthode EuroNAP, ont a peint la tête du mannequin-conducteur schématique en rouge, correspondant tout à fait au niveau réel de la sécurité, même malgré les surchargements assez peu élevés. Nous rappellerons que pour chaque groupe des parties du corps il y a un point, ( la tête et le cou, la poitrine, les cuisses, la jambe et le pied) pour le maximum quatre points. Pour l'absence du coussin gonflable on retirera 2 points. Mais aussi les points restés "brûlent", parce que le contact de la tête avec le volant instable (moins un point), mais le déplacement du volant selon la verticale a excédé la valeur admissible (encore un point ). Des traumas en cas de collision réelle sur les vitesses de 64 km / h au conducteur du Niva ne passent pas!
Par contre la poitrine a évité le contact avec le volant, mais seulement parce que le volant c’est retrouvé trop haut. Les charges modérées pour le détecteur "de poitrine" du mannequin-conducteur pourraient apporter à la tirelire du rating total deux points. Tout cela serait possible, si la charge de la ceinture de sécurité pour la poitrine du "passager" était non excessive. En effet, devant lui ne se trouvait pas une colonne de direction, et tout cette décélération, amortis pour le mannequin à cause de la carrosserie rigide, il fallut seulement éteindre ceinture de sécurité. La couleur "rouge" de la poitrine du deuxième mannequin, signifie que le Niva a été incapable d'assurer une protection suffisante aux côtes du voyageur.
À propos, le "passager" a été à demi projeté hors de la portière, en se frappant la tête contre le couvercle du coffre à gant. Encore à peine, et le coup aurait été fatal - le niveau de décélération pour la durée de 3 millisecondes (notamment à ce moment, à l'avis des médecins, le cerveau a le temps de de recevoir des dommages irréversibles) a atteint légèrement le niveau dangereux de 88g. Mais le critère HIC (871) s'est retrouvé au seuil le plus bas à dangereux, et la tête du "passager" sur le schéma coloré est peinte non en rouge, mais orange : le degré de la protection satisfaisant...
Avec les pieds, hélas l'affaire est tout à fait mauvaise. Les médecins estiment que la limite de la solidité du tibia d’une personne pour la compression est de 900 kg. Mais le pied droit du "conducteur" s'est retrouvé écrasé par le support des pédales, avec une pression de plus de 1000Kg ! Dans ce cas-ci la fracture est garanti.
A propos, le capot du Niva est suffisemment sécuritaire - lisse, sans bords tranchant. Et il est solide, il ne s'est pas arraché. Si le pied droit glisse durant la collision il va aller frapper contre le moteur. La zone de contact du panneau de bord (longeron de soutien) avec le pied gauche du conducteur comporte une zone dangereuse. Il y a beaucoup de métal tel ; la traverse sous le tableau de bord, le bloc des protecteurs... Pour la protection des pieds du passager tout vas bien : tout est au niveau de la jambe qui heurte longeron horizontal sous la boîte de gant.








En général après le coup, tous les équipements du panneau de bord produit un impression accablant. La console est cassée et traîne sous les pieds, les morceaux de métal déchiré, les commandes, la ventilation et les boutons en plastique détruits - à Dieu ne plaise pendant la collision de se heurter les mains contre le métal déchiré!
La protection des jambes et des pieds du conducteur – est aussi une histoire particulière. En principe, la déformation du plancher n’est pas très grande, et il y a assez d’espace pour que les pieds ne se coincent pas entre le métal de l’habitacle et le siège. Mais la pédale d'enbrayage est repoussée de 300 mm vers l’arrière et de 85 mm vers le haut! La pédale de frein «selon la verticale» resta sur place, mais s’est déplacée vers en arrière de 225 mm. Selon les règles EuroNCAP la situation est sans équivoque, et en outre la pédale relevée de l'embrayage menace non seulement les pieds, mais aussi la jambe gauche du conducteur.
Il y a manque total pour une estimation satisfaisante, dans le «groupe des parties du corps». Ainsi, sont codé rouge :
chez le conducteur - la tête, le cou, la cuisse droite et le pied chez le passager - la poitrine. Le pointage : zéro points. Nous rappellerons : possibilité de 16.

Hélas, cela déjà le deuxième résultat "nul" sur les crash-test de l'Autorevue - après les "septs". Le bilan régulier – est que les deux automobiles ont été élaborés il y a très longtemps et ils possédaient la base totale de ces groupes de machines d’antan. La question à poser: qu’as entrepris au fil des années la VAZ pour diminuer lestraumatismes et la mortalitée dans les Niva?

Nous visitions plus d'une fois le laboratoire des essais de choc sur le VAZ. Et chaque fois l’on observaient le même tableau - de deux côtés accéléraient les catapultes tout près l'une de l'autre gisaient détruites neuf, dix, septs Niva... Les gens travaillent et éprouvent les mises au point sur les automobiles par lots, d'après les résultats des crash-tes font les changements et test de nouveau les voitures. Notamment au cours de semblable travaux mener sur les Niva il y avait un volant de direction sûr. Présentez, le portaits des traumas infligés aux conducteurs des Niva a cause de la rigidité du système de direction ?

Maintenant, par exemple, VAZ font les crash-test du Niva avec des longerons spéciaux fait de métal traité, - il y a un espoir qu'une telle amélioration aidera à changer le caractère de la déformation des longerons et diminuer le déplacement vertical du volant. De l'entreprise estonienne «Norma» à Tagliati ont été envoyé des modèles expérimentés de ceinture de sécurité avec un terminateur d'effort dans la bretelle éprouvé jusqu'à 700 kg, et qui peut protéger les côtes du passager contre les fractures. Tout cela a été réalisé pour que des VAZ - 21213 soit conforme aux exigences de la Règle R 94 ЕЭК l'ONU en regard d’une collision frontal, et comme selon les règles EuroNCAP, mais sur une plus petite vitesse (56 km / h).






Cependant tout le malheur des problèmes avec la sécurité passive du Niva ne se résoudra que par la reconstruction profonde de cette automobile. Par exemple, il est tout simplement absurde de plaçer un coussin gonflable sur le volant de direction d’une Niva – parce que dans ces conditions, lors d’une collision quand le moyeu du volant se déplacera en remontant, le coussin peut non seulement nuire à l'affaire, mais aussi provoquer des traumas supplémentaires de la tête! Mais pour réduire beaucoup le déplacement du volant, il faut refaire la structure de la carrosserie et élaborer un nouveau mécanisme pour la colonne de direction. Les dépenses pour une telle transformation feront que la vieille Niva sera non compétitive. Particulièrement en comparaison du nouveau Chevy-Niva, à qui, nous espérons, que soient prises en considération toutes les leçons de la vieille voiture sont déjà prises en considération.
Mais le Niva sera produit jusqu'à 2006. Et la demande pour de ceux-ci est toujours forte. En effet, malgré les déficiences, le Niva a effectivement très bien réussi, ayant survécu dignement à la chaîne. Mais avant d'acheter une VAZ – 21213 et surtout les femmes, ouvrez l'Autorevue, regardez ces photos et pensez-y bien. En effet, elle a gagné 4 points sur une possibilitée de 16. Non 12, comme la Renault Symbole. Mais zéro...

FIN



POUR les photos......prochain post, vous aurez le lien

Sprocket
19/06/2004, 21h36
VOICI un tableau de résultats


Certains résultats des essais de l'automobile des VAZ - 21213 et les paramètres d'estimation selon la méthode EuroNCAP
paramètres

Le mannequin du conducteur
Le mannequin du passager
La frontière de «la zone verte»
La frontière de "la zone rouge»
Pénalité
Le surchargement de la tête *, g 66 79 72 88
L'absence du coussin de la sécurité (-2), l
e déplacement excessif du gouvernail (-1)
contact instable (-1)

HIC 605 871 650 1000
Le moment repliant du cou, Нм 34 37 42 57
La compression du thorax, le mm 37 59 22 50
La plus grande charge pour le fémur, kN 10,4 (п) 4,5 (п) 3,8 9,07 Les zones de la concentration des charges (-1)
Le plus mauvais critère du trauma de la jambe TI 0,43 (п) — 0,4 1,3 Le déplacement excessif vertical des pédales (-0,9)
La déformation de la gauche partie de la carrosserie à l'horizontale, en mm
Le parebrise frontal 60 100 200
Extrémité de la collone de direction 80 — 110
Les pédales d’embrayage et de freinage 300/225 100 200
La durée 3 мsec.; п - droit, л - gauche.

Sprocket
19/06/2004, 21h38
voici le lien avec les photos......et l'original

http://www.autoreview.ru/new_site/year2002/n19/niva/1.htm


Un gros merci à Alain opur la traduction, et bonne route!!!!!